Voyageuse en solo.

Mais tu y vas toute seule ?

Cela paraît étrange, intriguant à certains, d’autres trouvent que c’est génial. En tout cas la plupart des gens a un avis à donner sur le fait de voyager seul(e).

Pourquoi m’infliger une chose pareille ? En fait je ne m’inflige rien du tout, je ne suis jamais partie quelque part sans en avoir envie. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon de voyager, il n’y a pas de meilleur type de voyage, chacun le vit à sa façon, selon ses envies, ses moyens (et je ne parle pas que des moyens financiers, les moyens techniques/pratiques entrent aussi en jeu). On dit assez souvent que les voyages permettent de s’ouvrir au monde, de changer ses habitudes. C’est vrai pour certains, mais pas pour tout le monde.

Tels les aventuriers de la Solitaire du Figaro, je fais partie de cette catégorie de la population qui fait beaucoup d’activités en solitaire. Aller au cinéma, au musée ou encore aller au restaurant sont des loisirs que je fais parfois accompagnée, parfois sans personne. Selon les personnes, c’est faisable ou envisageable ou impensable.

C’est seulement à 21 ans que j’ai pris mon envol, lorsque je suis partie neuf mois en Erasmus en Islande, ma première grande aventure. Le déclic a eu lieu par étapes. Il a commencé quand je me suis rendue compte que je ne pouvais plus attendre que les autres soient disponibles pour faire des choses, qu’il fallait que je vive ma vie pour moi et non pour ni par les autres. Si j’attendais, j’attendrais encore et je passerais ma vie à attendre. Alors j’ai sauté le pas et j’ai pris l’avion (c’est un gros raccourci mais c’est à peu près ça quand même). Là-bas, j’ai découvert que des gens de mon âge faisaient des activités seuls et j’ai réalisé que si c’était possible pour eux, ça l’était tout autant pour moi. Ainsi, je me suis rendue à des excursions toute seule. Et puis j’ai continué : musée, cinéma, restaurant. J’ai pris une journée pour aller visiter un lieu que je voulais voir. Je suis partie 11 jours en vacances.

Le voyage en solitaire, et par extension toutes les activités pratiquées en solo alors qu’on peut les faire en étant accompagné, est souvent perçu comme négatif : on n’a pas d’amis, on n’a pas le choix, bref, on fait drôlement pitié dites donc. Pourtant, il n’y a pas de honte à avoir de voyager seule, ce n’est pas un drame ni un fardeau. Enfin, ça l’est quand ce n’est pas un choix. Mais j’ai la chance de pouvoir voyager où et quand je veux, et comme bon me semble (ou presque). Personnellement, voyager seule m’a permis de beaucoup apprendre sur moi-même, de voir où étaient mes limites, de les tester, de les défier, de les repousser. Mais j’ai également beaucoup appris sur les autres, sur d’autres cultures, d’autres pays.

Voyageuse en solo.

Il existe un autre point qui a l’air de poser problème à certaines personnes : le fait d’être une fille et de voyager seule. On se met en danger, nous autres du sexe faible. C’est très dangereux vous savez. Oui. Comme conduire une voiture. Vous imaginez une fille voyager seule en voiture ? L’inconsciente !

La peur de l’ennui fait également partie des réflexions que l’on peut entendre. Qui a décrété que l’on s’ennuyait forcément quand on est seule ? Ce n’est pas parce qu’on n’échange pas avec quelqu’un à l’instant présent que l’on s’ennuie. On peut apprécier la solitude pour visiter une ville ou un musée. Pour être honnête, on peut parfois ressentir un manque, parfois la présence de quelqu’un serait importante ou nécessaire. Dire que chaque instant est merveilleux serait un gros mensonge de ma part. Mais l’inverse est vrai aussi : dans un groupe, on peut soudain avoir envie de s’isoler un peu. On entend parfois que voyager seule nous rend plus ouvert à l’autre, nous permet de faire des rencontres. C’est vrai seulement si l’on en a envie et si on veut bien laisser les autres faire partie du voyage. On peut décider de rencontrer des locaux, choisir de faire un bout de chemin avec quelqu’un, ou simplement échanger avec d’autres voyageurs le temps d’un trajet en train par exemple. On peut aussi choisir de faire sa route juste avec soi-même.

Il faut savoir qu’il se passe quelque chose d’incroyable quand on voyage en solo : on booste son égo, on remonte la jauge de l’estime que l’on se porte, on s’auto-gratifie, on s’épate. On peut se dire “je l’ai fait, il ne m’est rien arrivé de grave, je suis vivante, c’était trop bien !”. Être fière de soi, c’est magique. Lorsque l’on voyage à l’étranger et que l’on doit communiquer dans une langue autre que sa langue maternelle, on a peur de mal s’exprimer, des moqueries, de l’incompréhension. Ça arrive à tout le monde mais on finit par prendre confiance, par s’habituer aux accents. On se rend compte que personne ne se moque, tout au plus ce sont des remarques amusées sur le fait d’avoir mal prononcé un mot et d’avoir dit quelque chose qui n’a rien à voir, mais toujours avec une explication (et en général, on s’en souvient et on ne fait plus l’erreur).

Finalement, voyager seule doit partir d’une envie. Il faut mettre de côté les premières appréhensions et ne pas se focaliser sur les remarques des autres. Ne pas laisser l’envie rester une envie, faire en sorte qu’elle se concrétise. Peu importe que ce soit dans deux semaines, deux mois ou deux ans.

1 commentaire

  • Répondre Marcel Girault 19 octobre 2015 à 15:42

    Comme toi, j’ai commencé seul. Ma thèse c’st 15.000 km à pied pratiquement seul. C’est après que j’ai marché (et fais marcher). Mais j’avais quelque chose à donner, à offrir : tout ce que j’avais découvert. Je comprends très bien tes choix de voyager seul.
    Il est d’ailleurs plus facile d’aborder quelqu’un si on est seul. Je pense aux pèlerins et pèlerines que j’héberge quand ils passent ici. Ils sont étonnés de la façon dont, en cours de route, ils sont accueillis. Il est plus difficile d’entrer en contact lorsqu’on est deux ou plus.
    Bon voyage au Canada. Reviens-nous plus riche… (je ne parle pas d’argent).
    Je t’embrasse.
    Marcel

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.