Lac Ontario gelé.

Promenade au bord du lac Ontario gelé

L’hiver a pris ses quartiers à Toronto depuis un bon mois maintenant. Les températures sont descendues très bas, battant même des records de froid vieux de plusieurs décennies. Un redoux a eu lieu la deuxième semaine de janvier. On a profité du dimanche pour aller aux Beaches et nous promener au bord du lac Ontario gelé.

La mer ne gèle pas

La dernière promenade près du lac remonte à environ six mois. Je ne sais pas trop pourquoi je n’ai jamais pris le temps d’y retourner entre temps. Autant vous dire que lorsque j’ai vu les prévisions météorologiques dominicales, je savais que rien ni personne ne m’empêcherait d’aller me promener au bord de mon lac adoré. À chaque fois que je l’aperçois, je m’exclame (ou pense) : « la mer ! ». C’est immanquable, je le fais à chaque fois. Même s’il s’agit du plus petit des cinq Grands Lacs d’Amérique du Nord, son horizon infiniment plat fait forcément penser à une mer.

Mais la mer ne gèle pas, elle.

Je n’avais pas encore eu l’occasion de voir le lac Ontario gelé, c’est chose faite. Techniquement, il était en cours de dégel. J’ai pu voir des photos prises les jours précédents : tout était recouvert d’une épaisse couche de glace. Peut-être qu’un lendemain de tempête glaciale, j’aurai l’occasion d’admirer ce spectacle.

Sur la plage, certaines choses ne bougent pas, comme les super fauteuils Muskoka que l’on repère de loin. Par contre, le vent souffle un peu et par -10°C, on n’a pas trop envie de s’y prélasser…

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Le doux crissement de la glace pilée

Je ne sais pas quelle épaisseur peut faire la glace à cet endroit du lac. Les vagues sont-elles suffisamment fortes pour en casser la croûte en tout temps ? En tout cas, une petite digue qui s’apparente à du verre pilé s’étend le long de la rive. On entend et on sent la glace craquer sous nos pieds. Le bruit des vagues s’accompagne de celui des morceaux de glace qui s’entrechoquent et se brisent les uns contre les autres. C’est assez étrange à remarquer, parce que ce ne sont pas des bruits habituels pour moi, lorsque je marche au bord d’un lac.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

La couche de glaçage

Vous voyez à quoi ressemble le glaçage d’un gâteau, cette couche qui brille et reflète la lumière ? Les rochers au bord de l’eau étaient eux aussi glacés, mais rien de comestible (je n’ai pas testé ceci dit). D’ailleurs tout ce qui est au bord de l’eau est glacé, gelé, figé.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Au loin, on aperçoit les gratte-ciel du centre financier et la Tour CN de Toronto. Les Beaches se situent dans l’est torontois. Contrairement à la partie à l’ouest de la ville, celle-ci est loin de l’autoroute, ce qui la rend nettement plus agréable.

Lac Ontario gelé.

Lac Ontario gelé.

Cette promenade du dimanche au bord du lac Ontario gelé n’était pas si mal. Je suis tellement contente d’avoir pu le voir sous un nouveau jour. Dans quelques semaines, il n’en restera plus rien. Tout aura fondu. Mais on retournera s’y promener en se souvenant de ce spectacle magnifique de janvier 2018.

5 Commentaires

  • Répondre Maria 21 janvier 2018 à 13:07

    Splendide, incroyable…

  • Répondre samsha 21 janvier 2018 à 18:58

    C’est magnifique!

  • Répondre babfleury 22 janvier 2018 à 17:26

    ça fait envie ,surtout qu’ici c’est gris-gris et « bouillasseux « !

  • Répondre Kenza 29 janvier 2018 à 22:33

    C’est trop beau 😀

  • Répondre Gabrielle 11 février 2018 à 22:36

    Belle photo ! Une année ya eu la banquise à Dunkerque, un peu irréel.
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/froid-quand-plage-malo-se-transformait-banquise-1178317.html

  • Laisser un commentaire