Couverture du Dictionnaire critique du sexisme linguistique.

Dictionnaire critique du sexisme linguistique [ULQPM #11]

Pour le onzième mois de l’édition 2017 du défi littéraire lancé par le blogue Chez le fil rouge, on lisait un essai. J’ai choisi un ouvrage sorti en août dernier : le Dictionnaire critique du sexisme linguistique, sous la direction de Suzanne Zaccour et de Michaël Lessard.

Couverture du Dictionnaire critique du sexisme linguistique.

Pourquoi les personnes courageuses ont-elles des couilles, alors que les mauviettes doivent s’en faire pousser une paire ? Pourquoi dit-on d’une femme qu’elle tombe enceinte, mais d’un homme qu’il la met enceinte ? Pourquoi les femmes sont-elles bavardes comme des pies si ce sont les hommes qui mecspliquent ? D’où vient notre tendance à disséquer les femmes en un panier de fruits : des melons ou des prunes à la poitrine, une peau d’orange, la cerise pour l’hymen ? Pourquoi les blagues de blondes font-elles rire ? Depuis combien de siècles les femmes sont-elles hystériques ? Pourquoi l’homme est-il conquérant quand la femme est facile ?

La réponse à ces questions et à bien d’autres se trouve dans ce Dictionnaire critique du sexisme linguistique, recensant des centaines d’expressions sexistes. Un projet qui invite les féministes à passer des actes à la parole !

Suzanne Zaccour et Michaël Lessard vous invitent à la rencontre d’une trentaine de voix féministes québécoises de différents milieux, qui relèvent le pari de faire rire, sourciller, décrier, sourire et grimacer avec des textes aussi riches que colorés.

La langue, c’est de la politique. Promouvoir et encourager l’égalité entre toutes les personnes, c’est aussi changer sa manière de s’exprimer. Outre sa grammaire à deux genres et son « masculin qui l’emporte sur le féminin », le français regorge d’expressions sexistes. Elles sont parfois évidentes, mais ce n’est pas toujours le cas, tant certaines ont été complètement assimilées dans notre façon de parler et d’écrire. Ce sexisme linguistique contribue aux inégalités et à la banalisation des violences faites aux femmes et à toute personne n’étant pas un homme cisgenre (dont l’identité de genre correspond au sexe qui lui a été assigné à la naissance).

Cet ouvrage n’est pas un vrai dictionnaire mais plutôt un recueil d’articles, chacun portant sur un terme en particulier. Les trente-trois autrices (ou auteures) en expliquent l’origine, les divers emplois, les problématiques qui y sont liées ainsi que des termes à surveiller. L’écriture diffère d’une entrée à l’autre, car leurs autrices sont issues de différents milieux : journalisme, blogosphère, recherche, linguistique, et bien d’autres.

Ce dictionnaire est une belle leçon de français, un rappel que les formes d’oppression systémiques, notamment le sexisme, passent aussi par la langue que nous parlons.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire