Lac Kennedy

Voyage en Colombie-Britannique – jour 4 : en route pour Tofino

Mardi 26 septembre, c’était le quatrième jour de mes vacances en Colombie-Britannique. En route pour Tofino !

Arrivée la veille à Nanaimo, je me réveille tôt pour aller récupérer une voiture de location, réservée pour deux jours. J’attendais avec une certaine impatience cette partie de mon voyage, qui promettait de jolis paysages et plus de liberté. Je ne suis pas une grande fan de conduite, pourtant j’apprécie de plus en plus de voyager avec une voiture.

Le brouillard ne s’est pas encore levé et recouvre encore la cime des pins. J’adore regarder les silhouettes des pins se dessiner dans la brume. Le début de mon mini roadtrip se fait donc avec le sourire. Je prends la direction du nord sur la route 19, puis je bifurque vers l’ouest sur la route 4, également connue sous le nom de Pacific Rim Highway. En chemin, je m’extasie devant un premier lac : le lac Cameron. Je m’arrête d’ailleurs sur une aire de stationnement pour apprécier le paysage.

Lac Cameron.

Lac Cameron.

Levons la tête à Cathedral Grove

Quelques kilomètres plus loin, je fais un second arrêt à Cathedral Grove dans le parc provincial MacMillan. Des sentiers balisés permettent de se promener parmi des arbres multi-centenaires tout en préservant cet endroit magique. Car oui, on arrive dans un lieu magique. On se sent minuscule au pied des arbres, dont la cime est souvent invisible depuis le sol. L’humidité favorise le développement des lichens, mousses et fougères. Tout est donc vert. La lumière est filtrée par le vert des arbres. L’aspect général semble presque irréel. L’ambiance est féérique. J’ai envie de m’installer dans une souche et de vivre ici.

La nature avance à son rythme, sans intervention humaine, à part pour dégager les sentiers. Ces immenses arbres sont debout depuis si longtemps que leur longévité semble acquise pour toujours. Pourtant, cet univers est fragile. Certaines tempêtes sont suffisamment fortes pour déraciner des arbres. On peut encore voir les vestiges de celle qui a eu lieu en 1997. En 1972, des personnes mal intentionnées ont mis le feu à un géant vieux de 700 ans. Le tronc et la souche ont été laissés, comme preuve de la bêtise humaine.

Cathedral Grove.

Cathedral Grove

Cathedral Grove.

Cathedral Grove.
Un sapin de Douglas de 800 ans

Cécile au pied des arbres de Cathedral Grove.

Port Alberni

Je reprends la route et me dirige vers Port Alberni, une petite ville située au milieu de l’île de Vancouver. J’y fais un arrêt pour me ravitailler et tenter de soigner mon pied gauche qui me fait souffrir depuis la veille. Le ciel commence enfin à se dégager. Je me rends jusqu’au port et me promène un peu, mais pas longtemps. Je préfère continuer mon chemin.

Port Alberni.

Port Alberni.

Statue d'aigle à Port Alberni.

Les lacs Sproat et Kennedy

Je décide de faire une pause déjeuner au bord du lac Sproat, à quelques kilomètres de Port Alberni. Sur la plage, un tronc semble m’attendre. Il fait office de banc pendant que je savoure mon houmous, le regard perdu dans le bleu de l’eau et du ciel. Je crois que je commence enfin à apprécier mon voyage.

Lac Sproat.

Lac Sproat.

Lac Sproat.

Je suis encore loin de Tofino, alors je me remets en route. Ceci dit, je m’arrête dès que j’en ai l’occasion. Les paysages sont magnifiques, mais la route creusée à travers les montagnes et les forêts offre peu de possibilités pour faire une pause. Il est également interdit (ou dangereux) de s’arrêter sur les parkings situés de l’autre côté de la route.

Forêt sur l'île de Vancouver.

Forêt sur l'île de Vancouver.

Après le lac Sproat, je longe le lac Kennedy. Les premières couleurs d’automne, le ciel maintenant dégagé qui se reflète dans les eaux du lac, la brise fraîche et la chaleur du soleil : tout est là pour me donner le sourire.

Lac Kennedy.

Lac Kennedy

Tofino, enfin

Peu après le lac Kennedy, j’arrive à un embranchement : à gauche Ucluelet, à droite Tofino. En face, je sais que l’océan Pacifique se cache derrière les arbres. Je prends à droite, et je traverse le parc national Pacific Rim. Je ne m’arrête pas et continue jusqu’au bout du bout : Tofino, sur la pointe de la péninsule d’Esowista. C’est le terminus de la route et je suis arrivée à destination. Je gare la voiture et m’en vais faire un tour en ville. C’est très joli et agréable. La ville (qualifiée de village) est un repaire pour les passionné•e•s de surf.

Panneau signalant la fin de la Transcanadienne.

Port de Tofino.

Enseigne à Tofino.

Un magasin de souvenirs à Tofino.

Église à Tofino.

Vue sur les îles au large de Tofino.

La brume tombe peu à peu sur la ville et l’eau, j’ai l’impression d’être dans un nuage alors que je suis bien sur la terre ferme. Ça ne m’aurait pas posé de problème dans d’autres circonstances. Mais à 18h, je dois aller prendre un bateau-taxi pour me rendre à l’auberge où je vais passer la nuit. J’ai peur de l’eau, ne sais pas trop nager et évite habituellement les petits bateaux. Pourtant, lorsque j’ai préparé mon voyage, j’y ai vu là une occasion de me lancer un défi. Finalement, le trajet d’une quinzaine de minutes se déroule sans problème. Le bateau semble avoir du vécu. On est une dizaine de passagères et passagers, et on n’y voit pas grand chose. Le pilote met de la musique à fond et, à sa façon de piloter, je comprends le sens de « fendre l’eau ».

Vue sur les îles au large de Tofino.

Hydravion.

Océan dans la brume.

Une fois que tout le monde a débarqué, on monte à l’arrière d’un pick-up qui nous conduit jusqu’à l’auberge Lone Cone sur l’île Meares. On s’accroche comme on peut parce qu’on se fait secouer à chaque nid de poule. Il y a en beaucoup sur le chemin. En plus d’une auberge, il y a aussi des emplacements pour tentes. Le tout avec vue sur l’océan et les îles alentour. C’est très beau. Le soleil est sur le point d’aller se coucher, alors je commence par une promenade sur la plage avant d’aller dîner.

Plage à Lone Cone.

Plage à Lone Cone.

Plage à Lone Cone.

Vue depuis Lone Cone.

Vue depuis Lone Cone.

J’ai adoré conduire à travers l’île de Vancouver. Quelque part, je crois que j’ai dépassé quelques unes de mes limites et appréhensions pendant cette journée.

1 commentaire

  • Répondre samsha 5 novembre 2017 at 14:02

    Canon ces grands espaces!

  • Laisser un commentaire