Vue sur Vancouver.

Voyage en Colombie-Britannique – jour 1 : Vancouver

Cela fait bientôt deux ans que j’ai posé les pieds au Canada, deux ans que je visite (assez peu en fait) l’Ontario et le Québec, deux ans qu’on me dit qu’il faut que j’aille ici et là, et encore là. J’ai enfin pu prendre une semaine de vacances, et je me suis offert un voyage en Colombie-Britannique. Huit jours entre Vancouver, Nanaimo, Tofino, Victoria, et à nouveau Vancouver. Huit jours de voyage en solo. Quatre auberges différentes. Huit modes de transport. Au moins 800 kilomètres. Des animaux sauvages. Des pins partout. Et l’océan Pacifique que j’ai découvert pour la première fois.

Un long voyage

Mon vol a décollé à 9h de Toronto, et est arrivé cinq heures plus tard à Vancouver. Avec les trois heures de décalage horaire, il était alors 11h du matin. L’aéroport étant au bord de l’eau, l’avion a fait une boucle au-dessus de l’océan avant d’atterrir. La vue m’a coupée le souffle, j’étais déjà émerveillée par les montagnes et l’océan alors que je n’avais pas encore posé les pieds au sol.

Une fois sortie de l’aéroport, j’ai pris la Canada Line vers le centre-ville. Je suis allée déposer mes affaires à l’auberge avant de rapidement filer en quête de nourriture. Figurez-vous que j’avais faim. Ma quête aura été courte, puisque je me suis contentée de vérifier comment me rendre au restaurant que j’avais au préalablement repéré et qui se situait à 100 mètres de l’auberge. La préparation en amont, ça sauve des vies (ou au moins mon estomac).

J’ai mangé une salade thaï à l’Indigo Age Café, et ma foi c’était fort bon. Les proportions auraient été moins généreuses, je me serais aussi offert un dessert.

Salade thaï à Indigo Age Cafe.

Gastown et son horloge

J’ai occupé le reste de l’après-midi à flâner dans Gastown, le plus vieux quartier de Vancouver. Le quartier doit son nom à Gassy Jack, de son vrai nom John Deighton, un marin et barman qui a ouvert le premier bar en 1867.

Water Street, à Vancouver.

Maple Tree Square, à Vancouver.

On peut y découvrir la Gastown Steam Clock, l’horloge à vapeur de Gastown. Elle a l’air bien vieille, pourtant sa construction ne date que de 1977. Elle fêtait d’ailleurs ses 40 ans le 24 septembre dernier, d’où les ballons à son sommet. J’avais un jour d’avance sur la célébration… Toutes les 15 minutes, quatre tuyaux émettent des sifflements et des jets de vapeurs. Toutes les heures, un cinquième sifflet reproduit le thème du Carillon de Westminster, à Londres. Je suis passée par hasard à 15h, j’ai donc pu assister à ce petit spectacle. Et je n’étais pas la seule.

L'horloge à vapeur de Gastown, à Vancouver.

Au bord de l’eau

Mes pas m’ont portée jusqu’au parc CRAB Park at Portside. Autrefois appelé Portside Park, il a été renommé en 2004 afin de remercier le comité de quartier « Create A Real Available Beach » qui soutenait cet espace vert.

Le parc et sa plage offrent une vue sur Vancouver Nord et les montagnes, de l’autre côté de la baie Burrard. On peut compter les conteneurs que les cargos embarquent et débarquent. Des hélicoptères font des rotations au-dessus de l’eau. Deux énormes paquebots patientaient de chaque côté de la Canada Place.

CRAB Park at Portside, à Vancouver. CRAB Park at Portside, à Vancouver. CRAB Park at Portside, à Vancouver. CRAB Park at Portside, à Vancouver.

Vue sur la Canada Place.

J’ai fait le chemin inverse jusqu’à Granville Plaza, où j’ai lu un peu en profitant de la chaleur du soleil. Épuisée par cette première journée, je suis allée me coucher très tôt.

Granville Plaza, à Vancouver.À la semaine prochaine pour que je vous raconte mon deuxième jour !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire