Un livre québécois par mois #3 : un roman écrit par une femme

Retour du défi littéraire mensuel, avec un thème en rapport, je suppose, à la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Le Fil Rouge nous invitait en effet à lire un roman écrit par une femme. J’avais décidé de lire un roman policier, et c’est Traces, d’Anna Raymonde Gazaille que j’ai choisi.

Fil Rouge Mars roman écrit par une femme

Après mes choix traitant de sujets assez lourds et complexes en janvier et février, je me suis dit qu’une fiction ne serait pas si mal. 

L’inspecteur Paul Morel et son équipe du Service de police de la Ville de Montréal ont sur les bras un nouveau meurtre. Celui d’une femme de carrière, célibataire, retrouvée assassinée dans son condo de L’Île-des-Soeurs, le corps exposé dans une mise en scène choquante. Seule piste : la victime était inscrite à un site de rencontres pour femmes d’âge mûr, Dare a Cougar. Les coupables potentiels sont donc aussi nombreux qu’insaisissables, des prédateurs anonymes, disséminés sur la grande Toile… Bientôt, un meurtre au modus operandi semblable aura lieu. Puis un autre. Pendant que l’enquête piétine et que l’angoisse monte, un personnage inquiétant, voyeur impénitent, se retrouve aux premières loges, témoin bien malgré lui. Peuplé de personnages plus vrais que nature, dont une équipe d’enquêteurs aussi futés qu’attachants, Traces est un polar étoffé, solide, redoutablement efficace, qui ravira les amateurs les plus exigeants.

Honnêtement, je n’ai pas tellement accroché à l’histoire… Il n’y a pas beaucoup de surprises, de suspens ou de rebondissements, les événements sont assez prévisibles. Peut-être que le côté le plus intéressant de l’intrigue réside dans la façon dont l’équipe enquêtrice va résoudre l’affaire, et la révélation des motivations qui ont conduits aux différents crimes.

En revanche, j’ai bien aimé reconnaître et visualiser des endroits de Montréal que je connais. Pourtant, je n’ai jamais vécu dans cette ville. C’est quand même assez drôle de se dire « ah ! je connais cet angle de rues, Mont Royal et Christophe Colomb. J’y suis passée plusieurs fois, je sais où c’est et comment y aller ! ». Par contre je ne suis pas encore rendue au point de lire avec l’accent. J’ai encore un gros travail d’immersion à faire. Mais j’y crois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *