Fil Rouge Février Roman Jeunesse

L’enfant mascara : roman jeunesse [un livre québécois par mois #2]

Pour ce deuxième mois du défi littéraire proposé par le Fil Rouge, le thème était un album ou roman jeunesse. N’étant pas familière du sujet, j’ai lu avec intérêt les suggestions du blogue et mon choix s’est porté sur L’enfant mascara, de Simon Boulerice.

Encore une fois, je suis restée dans un univers assez poignant. Après la prostitution en janvier, voici l’homophobie et la transphobie.

L’enfant mascara est une histoire d’amour à sens unique, comme on en voit partout, dans toutes les écoles secondaires. À cette différence qu’elle se conclut de manière particulièrement tragique. Inspiré par des faits réels qui se sont déroulés dans la ville d’Oxnard, en Californie, Simon Boulerice transpose dans la fiction l’un des meurtres homophobes, voire transphobes, les plus violents à s’être produits aux États-Unis, tout en rendant hommage à Larry/Leticia, un être rempli de désir, d’éclat et d’arrogance, dont la vie n’aura été que fulgurance.

Un roman unique, traversé par la profonde empathie de son auteur.

On suit les réflexions de Larry qui finit par assumer être Leticia aux yeux des autres. Rejetée par sa famille, moquée par la plupart de ses camarades, amoureuse mais détestée en retour, Leticia garde pourtant une émouvante volonté de persévérer et de vivre sa vie comme elle l’entend. Et d’être aimée.

Fil Rouge Février Roman Jeunesse

Le récit exprime tout le tragique de l’histoire vraie dont il s’inspire. Dès le début on connait le dénouement, et c’est avec une petite boule dans la gorge qu’on suit les derniers moments de la vie de Leticia, jusqu’à ce que la haine emporte sa vie.

En parlant de haine, elle est effarante. On se demande comment un père peut être aussi violent, comment un autre adolescent peut être aussi méprisant. Certaines personnes font preuve de bienveillance et ne jugent pas, mais j’ai trouvé la haine et la violence bien plus présentes et fortes dans cette histoire.

Sur la forme, l’écriture est très intéressante. Les chapitres ressemblent aux pages d’un journal intime, où s’intercalent des poèmes et acrostiches. Des témoignages d’autres personnages viennent également compléter l’ensemble. La lecture est facile, malgré le sujet très dur et bouleversant. Un très beau roman jeunesse, et un très bel hommage.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire