[Roadtrip] Parcourir la Péninsule de Bruce #2

Après un samedi essentiellement consacré à nous rendre jusqu’à la Péninsule de Bruce, nous avons mis à profit le dimanche pour découvrir un peu la région et, surtout, en prendre plein les yeux.

Bruce Peninsula

Le Fitz Hostel

Je ne suis pas peu fière d’avoir trouvé cette petite auberge située à Lion’s Head. Nous y avons passé la nuit de samedi et je dois dire que j’ai été très satisfaite. Megane, la propriétaire, est très accueillante. Le prix est relativement bas, mais ça n’empêche pas le cadre d’être chaleureux et les lieux propres et bien entretenus. Je sais où j’irai dormir si je me rends à nouveau sur la péninsule de Bruce.

Fitz Hostel Fitz Hostel

Fitz Hostel

Lion’s Head

On n’a pas pris le temps de visiter Lion’s Head à notre arrivée la veille, alors après le petit-déjeuner le plus nul du monde dans un des rares restaurants de la ville, nous avons profité du calme dominical des rues et du bord du lac.

Lion's Head Lion's Head Lion's Head Lion's Head

Lion’s Head doit son nom à la formation rocheuse qui se situe à l’est en face du port. On n’est pas sûrs d’avoir su déterminer où était la tête du lion dans l’histoire.

Lion's Head Lion's Head Lion's Head Lion's Head

Les nuages se sont envolés et nous avons pris la route en direction du Parc national de la péninsule, situé tout près de Tobermory.

Roadtrip

Bruce Peninsula

Le Parc national de la Péninsule de Bruce

On a garé la voiture sur l’un des parkings puis payé les frais de stationnement. Il faut savoir que la confiance règne : on doit mettre l’argent dans une enveloppe que l’on glisse dans une boîte et laisser un papier dans la voiture, aucune personne n’est présente sur les lieux pour vérifier que les visiteurs respectent les règles. On emprunte ensuite un petit sentier dans la forêt, un peu comme celui de la veille pour aller à Little Dunks Bay. C’est vert partout et ça sent le pin.

Au bout d’un petit kilomètre, la forêt devient clairsemée, le sol est recouvert de gros cailloux blancs et, entre deux arbres, apparaissent les eaux turquoise de la baie Georgienne. C’est le Halfway Log Dump. On se croirait dans une carte postale et la vue est de plus en plus belle à mesure que l’on avance sur cette plage immaculée. C’est bleu, gris et blanc et on n’entend pratiquement que le bruit des vagues.

Bruce Peninsula National Park

Bruce Peninsula National Park Bruce Peninsula National Park Bruce Peninsula National Park Bruce Peninsula National Park

On a longé la plage vers le nord. Les cailloux blancs ont laissé place à de gros rochers gris et assez plats. Une portion du Bruce Trail (ou chemin Bruce, un sentier de 900 kilomètres) passe par là, nous l’avons donc suivi. Chemin, c’est uniquement le nom parce qu’il n’y a rien de praticable facilement pour des bipèdes, il faut au contraire escalader les rochers et éviter de se faire arroser par les vagues. Au bout d’un moment, on arrive à une petite partie du sentier qui se trouve sous l’eau (qui montait assez haut quand même), nous avons donc fait demi-tour faute d’être équipés comme il fallait. De toute façon il nous fallait une raison pour retourner à la voiture. Et puis c’était tellement beau, on s’en fichait un peu de ne pas pouvoir aller plus loin. Encore une fois, on se croirait au bord d’une mer ou d’un océan, mais c’est juste un lac.

Bruce Peninsula National Park Bruce Peninsula National Park Bruce Peninsula National Park Bruce Peninsula National Park Bruce Peninsula National Park Bruce Peninsula National Park Bruce Peninsula National Park

Bruce Peninsula National Park
Le passage dans l’eau

En repartant, on a fait un détour par le lac Emmett. Encore un lac, mais on pourrait dire que celui-ci à une taille « normale ». Par contre, après le magnifique paysage côtoyé juste avant, la vue était quelque peu insipide.

Bruce Peninsula National Park

Il était l’heure de manger, on est allés à l’Ancient Cedars Cafe. Le cadre était super agréable et mon burger végé très bon. Un pommier attendait qu’on ramasse ses fruits, on en a donc pris quelques-uns.

Bruce Peninsula Bruce Peninsula

Georgian Bluffs

Après cette pause revigorante, on a quitté la péninsule pour faire un tour sur les Georgian Bluffs. La Scenic Grey Road 1 longe la côte et j’avais très envie de rouler en ayant une vue sur le lac. Malheureusement, la route est bordée par des arbres, ce qui n’est pas très très pratique vu qu’ils ne sont pas transparents. On a quand même trouvé quelques endroits pour s’arrêter. On quitte ensuite la côte pour monter sur les hauteurs. Un point de vue nous a offert le paysage tant attendu sur l’est de la Baie Georgienne. Ce point de vue est aussi un mémorial aux membres du Kemble Women’s Institute : sur une grosse pierre se trouve un service à thé qui me faisait penser à l’univers d’Alice au Pays des Merveilles.

Georgian Bluffs

Georgian Bluffs Georgian Bluffs Georgian Bluffs Georgian Bluffs Georgian Bluffs

Meaford et Thornbury

On a traversé Owen Sound pour nous diriger ensuite vers Meaford et Thornbury, dans les Blues Mountains.

Blue Mountains Blue Mountains Blue Mountains

Meaford était envahie par des épouvantails. Apparemment il y a un festival tous les ans depuis 20 ans. On a bien ri en traversant la ville, il y avait des épouvantails absolument partout. Je parie même qu’il y en avait plus que le nombre d’habitants.

Meaford Meaford

À Thornbury, nous sommes d’abord allés rapidement dans notre AirBnb avant d’aller dîner au Dam Pub, un pub de style écossais. Avec plus de 700 bouteilles, les propriétaires possèdent l’une des plus grandes collections de whisky au monde, et la deuxième plus importante d’Amérique du Nord. On a goûté la sélection du mois (dont j’ai oublié le nom), en essayant de retrouver les odeurs et saveurs qui étaient décrites. Vers 20h30, la cuisine a fermé et plus aucun client ne pouvait entrer. Les gens partaient petit à petit, on a donc savouré notre dîner dans une atmosphère calme et détendue. Les serveuses sont venues papoter avec nous plusieurs fois, c’est vraiment une adresse que je recommande.

The Dam Pub The Dam Pub The Dam Pub The Dam Pub

On a fait les quelques heures de retour vers Toronto le lendemain matin, sous la pluie. Comme si même la météo nous signalait que le weekend « carte postale » était terminé et qu’il fallait retourner à la vraie vie.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *