Promenade sur la Mer Bleue

Ottawa est entourée par une Ceinture de verdure qui comprend plus de 200 km² d’espaces naturels préservés autour de la capitale. Parmi ceux-ci, la tourbière de la Mer Bleue est une zone de conservation qui présente un écosystème nordique-boréal, assez différent de celui qui existe ailleurs dans la vallée de l’Outaouais.

À travers la forêt

Au lieu d’aller directement sur le site, nous nous sommes garés à trois kilomètres et avons marché tranquillement dans les bois. C’était assez intéressant de noter les différences avec le parc de la Gatineau : cette forêt semblait bien moins entretenue, avec un côté plus sauvage. Beaucoup de troncs d’arbres tombés çà et là donnaient un sentiment de désordre. Au sol, les feuilles de l’automne dernier sont toujours là, conservées tout l’hiver par la neige. On apprécie aussi les feuillages verts de plus en plus présents, notamment le joli vert des peupliers faux-tremble.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Fleurs d'érable
Fleurs d’érable

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Trilles rouges
Trilles rouges

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La tourbière-Mer-Bleue

Au bout d’un moment, l’espace s’est dégagé et on a commencé à apercevoir la tourbière en contrebas. Une tourbière est un type de zone humide (comme les marais par exemple), c’est-à-dire un écosystème qui a pour particularité d’avoir un sol gorgé d’eau.

Quant au nom étrange de Mer Bleue, il est dû au fait qu’au petit matin ou en soirée, les reflets de la lumière à travers la brume sont bleus, donnant l’impression de regarder la mer. Malheureusement, vu qu’on y était en plein après-midi, on n’a pas eu l’occasion de vérifier l’exactitude de cette information.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On est finalement arrivé à la tourbière où une passerelle flottante forme une boucle d’un peu plus d’un kilomètre et permet de cheminer au-dessus de l’eau. Au bord du lac, les quenouilles sont légions.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Quenouilles

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ensuite, le paysage change et l’on se retrouve dans un domaine recouvert de sphaigne : une mousse des marais qui se décompose en tourbe sur laquelle pousse une nouvelle génération de sphaigne, et ainsi de suite. Au plus profond, il y a jusqu’à six mètres de mousse ! En fait, à cause de l’acidité de l’eau due au manque d’oxygène, seules certaines plantes peuvent pousser. Les bactéries ne peuvent pas survivre dans cet environnement, empêchant ainsi les végétaux de se décomposer entièrement.

Comme rien ne disparaît, il s’avère que des restes humains ont déjà été retrouvés en excellent état, les expressions faciales intactes. L’endroit était d’ailleurs auparavant considéré comme un sanctuaire et servait parfois pour des condamnations à mort… De notre côté, on n’a vu aucun zombie, seulement des oiseaux et un écureuil roux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Étendue de sphaigne
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Mésange à tête noire

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une fois la boucle terminée, on a croisé un autre écureuil et des épinettes noires (les grands conifères).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Écureuil roux
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Épinettes noires
Épinettes noires
Épinettes noires

On avait prévu de retourner à la voiture en passant par un autre sentier. Au bout de quelques mètres dans la boue sans chaussures adéquates, on a décidé d’abandonner et de longer le chemin Ridge, une route où les voitures soulèvent beaucoup de poussière. C’était le seul petit bémol de cette excursion, car pour le reste, j’ai personnellement vraiment apprécié ce changement de paysage !

Ridge Road
Ridge Road

3 Commentaires

  • Répondre F. 14 mai 2016 at 00:01

    Ta troisième photo, je crois bien que ce sont des têtes de violon !

  • Répondre Julie / hors du temps 16 mai 2016 at 19:54

    Une jolie promenade ! Je suis assez fan de le la passerelle en bois qui serpente dans la tourbière *_*

    • Répondre Cécile 18 mai 2016 at 02:35

      Moi aussi, c’était mon moment préféré et c’était ça que je tenais absolument à faire (j’avais vu des photos avant d’y aller).

    Laisser un commentaire