Du froid puis de la neige

Oh encore un article sur le froid et la neige, bref sur l’hiver ! En fait c’est juste le deuxième – probablement pas le dernier – puisqu’il ne s’est rien passé de pertinent depuis début janvier.

Tout a (re)commencé samedi 13 février, lorsqu’Ottawa et ses environs se sont réveillés dans un froid glacial. Pendant trois jours, le thermomètre tournait autour de -35°C et au pire du pire, j’ai relevé -42°C en température ressentie. C’est froid.

C’est même très froid. Avec la condensation, la buée gèle et on se retrouve avec de la glace sur les vitres, à l’intérieur des maisons. Ça donne de jolis dessins. L’avantage de telles températures, c’est qu’il fait trop froid pour neiger !

Vitre gelée


Dimanche 14 février, je suis allée faire un petit tour près du Canal Rideau et de la rivière des Outaouais. Il y avait quand même de valeureux patineurs sur le canal, à moins qu’ils ne soient juste fous ou complètement insensibles. La rivière quant à elle était partiellement gelée et recouverte de neige. Je pense qu’il est tout à fait possible de rejoindre Gatineau par les glaces mais ça ne doit être ni recommandé, ni autorisé.

Canal Rideau

J’ai passé environ une heure dehors, c’était largement suffisant. Pour sortir, il vaut mieux être équipé-e et adopter la technique dite de l’oignon : on empile les couches de vêtements. Ce week-end, j’ai pu emprunter le pantalon de ski de ma colocataire et il m’a été d’une grande aide. En fait je n’avais froid qu’aux doigts de pieds malgré mes deux paires de chaussettes et mes bottes d’hiver. Mes mains ont un peu souffert lorsque j’utilisais mon appareil photo mais bon, il fallait bien que j’immortalise ces moments. Au passage je me suis octroyée une courte séance de selfies.

Selfie
Coucou j’ai froid

Pour être honnête, la chose qui m’ennuie le plus en hiver, ce n’est ni la neige ni le froid, mais la buée sur les lunettes. Soit je les enlève et je ne vois plus grand chose, soit je les garde et je ne vois… pas grand chose non plus, mais seulement par intermittence. Arrêter de respirer pourrait être une option, malheureusement pour des questions pratiques, elle n’est pas réellement envisageable.


Lundi 15 février était férié en Ontario : c’est le jour de la Famille. Rien à célébrer de mon côté mais comme je ne travaillais pas, je suis allée profiter du dernier jour du Bal de Neige, cette fois-ci au Parc Jacques Cartier à Gatineau. Malgré les températures fraîches, nombreux étaient les visiteurs dans le parc et les files d’attente devant les attractions étaient quand même impressionnantes. On a décidé de ne pas faire la queue car on a vite froid à rester immobiles, mais certains ont été plus courageux : glissades sur fessiers ou sur tubes (des grosses bouées), chiens de traîneaux, tyrolienne, trottinettes des neiges et initiation au ski de fond pour les 5-8 ans (ce que je trouve scandaleux parce que moi aussi j’aurais bien aimé être initiée). Des jeux géants avaient été installés (très bonne idée d’ailleurs, ça évite d’enlever ses gants) : on a voulu faire une partie de Puissance 4 mais on était tellement fortes que le jeu a décidé de faire tomber tous les palets avant que l’on ait fini la partie. Plus loin, des personnes chantaient face à quelques enfants. Pas de bol pour nous, Alouette, gentille alouette est le genre de chanson qui reste dans la tête pendant un moment. On pouvait se prendre en photo assis sur un banc de glace. Les nombreuses fesses qui s’y sont installées le temps d’un cliché ou deux ont bien poli le banc qui était très glissant.

Bal de Neige à Gatineau

J’ai aussi pu goûter à ma première tire d’érable ! C’est une sorte de sucette faite avec du sirop d’érable chauffé puis refroidi sur de la neige auquel on ajoute un petit bâtonnet. Un peu cher, pas très pratique à manger mais très bon ! Il faut faire attention à ne pas en laisser couler sur ses gants et aux coins des lèvres : avec le froid, on a la peau du visage légèrement anesthésiée.


Mardi 16 février, les températures sont remontées et la neige est revenue. Et pas timidement : on a eu le droit à une tempête en bonne et due forme qui a duré toute la journée. Il est tombé à peu près 50 centimètres de neige à Ottawa et Gatineau, c’est un record ! La ville n’avait pas connue de telles chutes depuis plus de soixante ans. Et donc rebelotte : les trottoirs ont disparu, des murets de neige ont été créés par les déneigeuses et c’est encore le bazar partout.

Ottawa sous la neige

Malgré tout, on peut profiter de jolis moments sous le soleil (même par -24°C) et s’émerveiller du bleu et du blanc de l’hiver.

4 Comments

  1. Le morse en neige est tellement canon olololo !

    En tout cas, effectivement, ça a l’air froid, et à la fois très beau. En pleine nature tu dois presque te sentir héros en survie d’un film post-cataclysme aha !

  2. Que serait le Canada sans ses couleurs flamboyantes en automne et sans le froid et la neige de l’hiver ? Notre imaginaire collectif en serait très perturbé (ainsi que le climat, d’ailleurs). 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *