Festival végane de Montréal 2015

Si vous me connaissez personnellement ou si vous avez lu la page À propos, vous savez alors que je tends au véganisme. Ce samedi 7 novembre avait lieu le festival végane de Montréal au Marché Bonsecours. J’avais vraiment envie d’y aller alors j’ai pris un aller-retour en bus pour le week-end. Ottawa n’est qu’à 2h30 de route de Montréal, ce n’est vraiment rien dans ce grand pays. Le festival était divisé en trois sections : conférences, exposants et démonstrations culinaires.

Après avoir assisté à une discussion mode-beauté où j’ai gagné le dernier cadeau de la marque Lush (les cosmétiques frais faits à la main), nous avons été prendre un immense bain de foule du côté des exposants. Il y avait vraiment beaucoup de monde, c’était incroyable. La plupart des stands dédiés à la nourriture proposaient des dégustations gratuites. Autant dire que j’ai (presque) tout goûté et que je me suis régalée avec certains produits (notamment une bûche de Noël phénoménale de OUI! Desserts). Il y en avait pour tous les goûts : du salé, du sucré, du gras, du moins gras, du pas gras du tout (de toute façon le gras végétal c’est bon), du local et de l’import, du cru et du cuit, du chaud et du froid, du chocolat, des noix, des fruits, des légumes, d’autres noix, des céréales, plein de céréales, encore du chocolat, des restaurateurs et traiteurs, des marques vendues en ligne et/ou en magasin.

À part la nourriture, il y avait également des exposants de cosmétiques, des stands concernant la cause animale et l’agriculture (biologique, permaculture) et quelques auteurs.

Passons aux démonstrations culinaires. J’ai distraitement suivi la fin de celle de Rose Madeleine qui a réalisé une tarte frangipane croustillante au citron et gingembre frais. Quand elle a eu fini, je n’ai pas tout de suite compris que l’on pouvait aller déguster un échantillon alors je n’ai malheureusement rien goûté.

Rose Madeleine

Marie-Josée Richer, de la marque PRANA, nous a présenté une recette de mousse au chocolat puis de chips de kale (du chou frisé). Cette fois-ci, j’ai rejoint la cohue devant la scène pour pouvoir moi aussi m’emparer d’une cuillère et la plonger dans un petit pot de mousse. Il faut savoir qu’elle l’a réalisée avec de la purée de noisette, ce qui est tout simplement merveilleux tant pour le nez que pour les papilles. Les chips de kale étaient aussi très bonnes, je ne crois pas en avoir déjà goûté auparavant.

Marie-Josée Richer
Marie-Josée Richer

La démonstration suivante a été effectuée par Chaim Shoham du restaurant La Panthère Verte. Il en existe cinq à Montréal et pure coïncidence, je suis allée dîner dans l’un d’entre eux la veille. Ils sont reconnus pour servir les meilleurs falafels de la ville, je ne peux qu’approuver (en vrai je n’ai pas mangé d’autres falafels à Montréal mais c’est pas grave).  Chaim a réalisé quatre préparations à base de tahini (crème de sésame) : une sauce pour salade, du houmous, une tartinade de haricots noirs et un smoothie. C’était la première fois qu’il faisait une démonstration devant un si grand nombre de personnes, on sentait qu’il n’était pas très à l’aise. Encore une fois je suis allée goûter ces petites choses et encore une fois, tout était excellent.

Chaim Shoham
Chaim Shoham
Ruée vers l'or, ou presque
Ruée vers l’or (ou presque) mais en file indienne

Ensuite ce fut le tour de Melle Pigut qui a réalisé deux gâteaux à étages (que l’on appelle aussi layer cakes). Le premier était au chocolat avec un appareil aux kakis, huile de coco et huile essentielle de lavande, le tout surmonté de pépins de grenade, pépites de chocolat et fleurs de bleuets. Le second gâteau était aux poires avec un appareil réalisé à partir de potimarron et sirop d’érable, recouvert d’un glaçage au sirop d’érable et de noix de pécan. Les gâteaux ont été découpés en petits morceaux alors ça ne ressemblait pas à grand chose dans l’assiette. Mais sans surprise, ils étaient délicieux.

Melle Pigut
Melle Pigut
Les deux gâteaux (en morceaux) de Melle Pigut
Les deux gâteaux (en morceaux) de Melle Pigut

La cerise sur le gâteau de ces démonstrations a eu lieu avec le dernier intervenant dont j’ignorais totalement l’existence jusqu’alors : Vegan Black Metal Chef. La salle était comble. Ce sympathique monsieur a en effet plus de 70 000 abonnés sur sa chaîne Youtube sur laquelle il propose des recettes véganes très simples. Son accoutrement n’a pas l’air des plus commodes pour cuisiner et ses ustensiles sont quelque peu extravagants (bols et casseroles à piques, masse en guise de pilon, couteau gigantesque et invraisemblable). Pour cette démo, il a cuisiné des burgers, l’un aux pois chiches, l’autre aux haricots noirs, sur fond de heavy metal. Ses recettes sont certes très simples mais parfois approximatives : on apprécie le « ajoutez des épices jusqu’à ce que ça ait l’air épicé ». Derrière son sens de l’humour, on sent vraiment qu’il aime ce qu’il fait, qu’il a une grande connaissance du véganisme et qu’il est reconnaissant du soutien reçu (il y avait beaucoup de fans dans la salle).

Vegan Black Metal Chef et sa masse-pilon
Vegan Black Metal Chef et sa masse-pilon

Finalement, j’ai passé la journée à grignoter et tout un après-midi à regarder cuisiner des gens passionnés. Je ne regrette même pas de n’avoir pas profité du soleil dehors.

Et encore merci à Myriam pour l’hébergement !

7 Comments

  1. Je pense que c’est le résumé du Festival dont j’ai le plus apprécié la lecture!

    Je suis contente aussi d’en savoir plus sur les différentes démonstrations culinaires, car je n’ai vu que celle de Rose Madeleine. J’aurais bien aimé écouter Melle Pigut. As-tu su où trouver des fleurs de bleuets?

    J’ai fait le tour des exposants rapidement… je regrette de ne pas avoir vu les macarons de Lola Rosa. Dans les sacs au-dessus, c’était des biscuits, des meringues??

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire !
      Je ne me souviens plus où Melle Pigut a dit qu’elle avait trouvé ses fleurs de bleuets ni du nom québécois qu’elle a employé (a priori ce sont des centaurées bleues). Pour Lola Rosa, je crois que c’était des meringues, mais honnêtement le stand était tellement pris d’assaut que je ne me suis pas éternisée.
      Désolée, du coup je ne t’aide pas tellement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *