Montréal : le Plateau du Mont-Royal

Il me restait peu de temps à passer à Montréal alors j’ai profité d’une journée ensoleillée pour aller faire un grand tour dans le quartier du Plateau du Mont-Royal. J’ai suivi un circuit indiqué dans le guide touristique officiel de la ville, histoire de ne pas déambuler trop hasard.

Ma promenade a commencé par l’avenue du Mont-Royal, une rue où l’on trouve plein de commerces, boutiques et friperies. Après avoir remonté la rue de Brébeuf jusqu’au parc Sir-Wilfrid-Laurier, j’ai pris l’avenue Laurier Est pour rejoindre la rue Garnier. En chemin j’ai croisé les filles qui étaient au chalet. C’est petit Montréal.

Rue Garnier, j’ai longé l’Église Saint-Stanislas de Kostka puis je suis arrivée au Parc La Fontaine que j’ai traversé au milieu des arbres verts, jaunes ou orangés, des écureuils pas farouches et de quelques promeneurs. J’ai poursuivi rue Roy pour arriver rue Saint-Denis. C’est une rue commerçante et donc animée, un peu comme l’avenue du Mont-Royal. Au square Saint-Louis, j’ai bifurqué rue Prince-Arthur avant d’arriver au boulevard Saint-Laurent. On l’appelle aussi « la Main », il marque la limite symbolique entre quartiers anglophones et francophones de Montréal. J’ai terminé ma visite du quartier en empruntant les rues Duluth et Marie-Anne.

Malgré le vent très frais, c’était agréable de se promener en profitant du soleil. Les maisons montréalaises sont particulières avec leurs escaliers extérieurs. Mon guide touristique explique que ces escaliers avaient d’abord été installés dans les quartiers les plus riches de la villes où les maisons étaient construites en retrait par rapport à la rue. Ils ont été interdits dans les années 1940. Depuis 1994, il est possible d’en construire dans les rues où il en existe déjà, pour conserver le cachet et le charme du quartier.

Outre le charme des maisons, j’ai été agréablement surprise par les nombreuses fresques murales que l’on trouve un peu partout. Parfois, lorsque le feu est rouge à un carrefour, il suffit de se retourner pour en apercevoir une. Et manquer le passage du feu au vert pour traverser.

1 commentaire

  • Répondre le simple point 6 novembre 2015 at 11:22

    C’est super beau !

  • Laisser un commentaire