[InterRail] Bilan du voyage

Je suis globalement satisfaite de ce voyage. D’abord parce que je l’ai fait et c’est quand même bien d’être fière de soi. L’auto-lancer de fleurs (avec modération) est bon pour la santé. Ensuite parce que ça ne m’a jamais paru insurmontable.

Je n’ai jamais vraiment paniqué, je ne me suis jamais retrouvée coincée ni perdue où que ce soit. Je n’ai rien perdu ni oublié et personne ne m’a rien volé. Je n’ai pas pu visiter tout ce que je voulais mais c’est par manque de temps (et d’organisation un peu aussi). Ce serait utopique de croire que l’on peut découvrir une capitale en un jour et demi. Je suis aussi contente d’avoir su arrêter le voyage quand il le fallait. J’aurais pu poursuivre et tenir le dernier jour mais je ne sais pas dans quelles conditions physiques et mentales.

Documents de l'InterRail.

Je ne retiens que deux bémols : le couchsurfing à Prague et le train de nuit Vienne-Zurich. Je n’ai pas envie de m’étendre sur le premier cas, juste dire que le monde est peuplé de quelques imbéciles sur lesquels on a parfois le malheur de tomber. Pour l’épisode du train, la situation était compliquée mais pas catastrophique et j’ai finalement voyagé en (presque) agréable compagnie. Disons que ce sont les aléas du voyage !

Et parce que c’est intéressant de voir ce que ça donne en chiffres :

  • 11 jours de voyage
  • 8 trains
  • plus de 3 000 km sur les rails
  • 35 heures dans des wagons
  • 6 pays : les Pays-Bas, l’Allemagne, la République tchèque, la Hongrie, l’Autriche et la Suisse
  • 6 villes : Amsterdam, Berlin, Prague, Budapest, Vienne et Zurich
  • 6 langues : le néerlandais, l’allemand, le tchèque, le hongrois, le suisse-allemand et bien sûr l’anglais
  • 4 monnaies : l’euro, la couronne tchèque, le forint hongrois et le franc suisse
  • 4 types d’hébergement : auberge de jeunesse, couchsurfing, Airbnb, train de nuit
  • 1 ampoule au pied gauche (et ce sera tout pour le bilan corporel)

Pas de commentaire

Laisser un commentaire