[InterRail] Jours 3 & 4 : Berlin, ou l’étape la moins bien organisée

Mercredi 5 août, 7h01, gare centrale d’Amsterdam : le train qui m’emmène à Berlin démarre. Rien à signaler sur le trajet. À Berlin, je suis arrivée à Haupbahnhof, la plus grande gare d’Europe. Je suis immédiatement allée réserver une place dans le train pour Prague. J’ai fait une pause dans une sandwicherie pour profiter de l’accès wifi gratuit vu que je savais que je n’aurai pas accès à Internet dans mon hébergement.

À Berlin, j’ai fait du couchsurfing chez Bilal, la description de l’appartement ne correspondait pas à la réalité (accès internet compris), mais tout s’est bien passé. Il m’avait donné toutes les indications pour me rendre chez lui, mais j’ai quand même réussi à me perdre dans la gare quand j’ai voulu aller prendre le métro. L’appartement était situé dans le centre de la ville, pas très loin d’Alexanderplatz.

Toits de Berlin.

Bilal devait faire une course et il m’a proposé de l’accompagner à vélo. Le vélo qu’il m’a prêté était un peu trop haut pour moi et surtout, pédaler en arrière le faisait freiner, chose à laquelle je ne suis absolument pas habituée. J’ignorais même que ce type de frein existait. J’ai cette habitude de pédaler en arrière dans le vide quand le vélo avance tout seul, ce qui s’est révélé un sacré inconvénient pendant tout le trajet (à part mal aux fesses) puisque je n’arrêtais pas de freiner plus ou moins brusquement. On est allés chercher son colis puis il m’a emmené vers Bernauer Straße, là où se situe un mémorial du Mur de Berlin. Le mur n’existe plus à cet endroit mais est symbolisé au sol par des colonnes de fer et par des marques au sol. D’autres marques indiquent les emplacements des tunnels creusés par ceux qui voulaient s’enfuir ainsi que les personnes qui ont été vues s’enfuir (qu’elles soient connues ou pas), avec la date de leur évasion. Plus loin, il reste une tour de garde et entre les interstices d’un mur, on peut entrapercevoir ce à quoi ressemblait le “no man’s land”, la “safe zone” entre l’Est et l’Ouest.

Bernauer Straße, à Berlin.

Bernauer Straße, à Berlin.

Bernauer Straße, à Berlin.

On est ensuite repartis vers Alexanderplatz où j’ai laissé mon vélo et, sur les conseils de Bilal, j’ai pris le bus 100 pour faire un tour de la ville. Ce bus passe en effet par quelques uns des sites les plus importants de Berlin. Je suis descendues plusieurs fois pour prendre des photos : Museumsinsel (l’île des musées), Brandenburger Tor, le Bundestag.

Berlin.

Berlin.

Pour le dîner, on avait convenu de manger ensemble à l’appartement. Bilal a fait des plats libanais avec plein de pois chiches : falafels, fatteh (un plat avec du pain libanais, des pois chiches, du yaourt et du beurre – non ce n’est absolument pas riche !), des concombres au yaourt, des tomates. C’était super bon mais un peu riche pour un dîner.


Jeudi 6 août, il a fait très chaud (en fait il a fait très chaud tout le temps, sauf à Amsterdam). Cette journée remporte la palme de la moins bien organisée de tout mon voyage.

Je suis allée refaire un tour vers Brandenburger Tor puis vers le Mémorial de l’Holocauste. C’est ce fameux champ de stèle, il est assez impressionnant une fois que l’on se trouve devant.

Mémorial de l'Holocauste, à Berlin.

J’ai décidé d’aller au Château de Charlottenburg. Comme beaucoup de bâtiments berlinois, une partie était masquée par des échafaudages. Je ne suis pas entrée pour visiter, la file d’attente en plein soleil m’a un peu découragée. Après une promenade dans les jardins, je suis retournée vers Alexanderplatz.

Château de Charlottenburg, à Berlin.

Château de Charlottenburg, à Berlin.

Grâce à l’application Happy Cow sur mon smartphone, j’ai découvert Fast Rabbit, un petit fast-food végane très sympathique et bon marché. Il est situé près de Bernauer Straße, là où j’étais avec BIlal hier. Pour mon déjeuner, j’ai mangé leur spécialité, un Dirty Roll, un wrap avec des protéines de soja texturées et des légumes. J’avais également du houmous et une petite salade, ainsi qu’une limonade.

Je suis retournée au Mémorial que j’ai visité hier. Cette fois-ci, j’en ai profité pour aller dans le centre de d’accueil des visiteurs où se trouve une exposition avec photos, objets et vidéos. On peut également monter une tour de cinq étages pour observer le no man’s land et profiter d’une vue sur Berlin.

Bernauer Straße, à Berlin.

Je suis allée à l’île aux musées mais l’entrée me paraissait un peu chère compte tenu du temps qu’il restait avant la fermeture. J’ai regretté de ne pas être venue plus tôt. Globalement, je suis un peu déçue par cette journée. Elle était désorganisée au possible, j’ai perdu beaucoup de temps en trajets inutiles. Je ne voulais pas prévoir mes séjours dans chaque ville mais j’aurais dû anticiper un peu plus et un peu mieux (ne serait-ce que pour les repas et repérer les lieux à visiter avec leurs prix). L’absence de wifi à l’appartement ne m’a pas simplifié les choses non plus. Comble de la désorganisation, je ne suis même pas allée à l’East Side Gallery pour voir le mur tagué.

Berlin.

Berlin.

Berlin.

2 Commentaires

  • Répondre Lair_co 3 décembre 2015 at 20:40

    Les vélos à rétropédalage ahaha ! Ma première fois c’était à Amsterdam et effectivement, ça promet de belles frayeurs et fous rires le temps de s’habituer. Mais au final je trouve ça très agréable une fois le coup de pied pris 😀

    Et tout comme toi ma visite à Berlin a été la plus brouillon que j’ai fait ahaha, mais aussi une des plus variée et riche tellement cette ville a à offrir 🙂
    Et Happy Cow m’a aussi fait découvrir de chouettes pépites véganes c’était top top !

    • Répondre Cécile 4 décembre 2015 at 01:16

      J’aimerais vraiment y retourner en étant un minimum préparée, peut-être pas en été par contre. C’est dommage de ne pas avoir pu en profiter autant que j’aurais pu 🙁

    Laisser un commentaire