[InterRail] Jours 1 & 2 : Amsterdam, entre pluie et légère odeur de cannabis

Lundi 3 août, il est 13h et des poussières, je mets mon gros sac à dos et mon chapeau et je pars de chez moi, direction la Gare du Nord. Je pars en vacances, un voyage de 12 jours m’attends.

J’ai bien cru que ce périple allait se limiter à l’aller-retour entre chez moi et la gare : j’ai commencé par rater mon bus puis je suis descendue au mauvais arrêt pour attraper la correspondance avec le RER B. Heureusement que la ligne 4 passait par là. C’est un peu paniquée que je suis arrivée à la gare à 14h15, soit 10 minutes avant le départ du train. J’ai rapidement trouvé le quai où stationnait le Thalys et je l’ai remonté parce que, bien sûr, ma voiture se trouvait tout au bout. Mais j’étais dedans et mon voyage allait débuter. J’avais réservé une place côté fenêtre, finalement c’était la paroi entre deux fenêtres. Dommage pour moi, car mon activité favorite quand je voyage en train, c’est de regarder le paysage.

3h20 plus tard, le Thalys est entré dans la gare centrale d’Amsterdam. Par précaution, je suis directement allée réserver mon train pour Berlin avant de me rendre à mon auberge. J’avais décidé de ne pas trop planifier mon périple, par contre noter l’adresse n’aurait pas été de trop ! Heureusement que je me souvenais du nom de la station de métro. Sur le quai de Bullewijk, j’ai pris la sortie la plus proche puis j’ai tourné à gauche, au hasard. Il a bien fait les choses puisque c’est là que se trouvait l’auberge A&O Zuidoost, située à 20 minutes en métro du centre-ville (c’est un peu loin à vrai dire). Après le check-in, je suis allée déposer mes affaires dans mon dortoir. J’ai apprécié le casier à fermer avec un cadenas, au moins personne ne me volera mes affaires précieuses.

Ensuite je suis repartie en ville, d’abord pour trouver de quoi manger, puis pour faire un petit tour en profitant du soleil couchant et de sa jolie lumière. Au passage j’ai découvert les effluves de cannabis qui flottent dans les rues et parfument délicatement la ville.

Amsterdam.
Amsterdam.

Amsterdam.


Mardi 4 août, je me suis levée assez tôt et je suis partie directement à l’office de tourisme. À Amsterdam, si l’on souhaite un plan de la ville, il faut l’acheter. Je ne sais pas si c’était indispensable vu que j’avais téléchargé une carte sur mon smartphone, mais il m’a quand même été utile. La dame de l’office m’a montré ce que je pouvais faire en une journée.

Il pluviotait un peu, mais rien qui me paraisse alarmant. Je suis passée devant le National Monument sur la place Dam, puis je me suis dirigée vers Homomonument. J’ai cru que c’était cette grande église entourée d’une file de visiteurs, mais en fait il s’agit d’un mémorial en mémoire des gays et lesbiennes qui ont été persécutés en raison de leur orientation sexuelle. Le nom aurait dû me mettre sur la piste… On appelle ça un manqué, bravo ! L’église en question, c’est Westerkerk.

Amsterdam.

La pluie s’est sérieusement intensifiée alors que je longeais le Prinsengracht, le “canal du Prince”. J’ai regretté d’avoir laissé blouson à capuche et parapluie à Paris. Mes pas m’ont conduit devant un H&M, je me suis dit que c’était un signe et qu’il était temps de réinvestir dans un parapluie, sinon j’allais finir complètement trempée, j’allais tomber malade, il faudrait organiser un rapatriement d’urgence vers la France et mon voyage serait terminé alors qu’il avait à peine commencé. J’ai acheté un parapluie et je suis repartie avec ce nouveau compagnon. Vu le temps, à moins de rester sous un porche, aller au musée semblait être la solution la plus pertinente. Je me suis plus ou moins perdue en chemin mais pas trop longtemps, juste le temps que l’intensité de la pluie diminue considérablement.

Quand je suis arrivée au Rijksmuseum, il y avait une file d’attente pour passer les portes. Après 30 minutes d’attente, 17,50 € en moins dans mon porte-monnaie et armée d’un plan du musée, j’ai enfin passé le portique de sécurité et commencé ma visite. J’ai parcouru les trois étages, les multiples salles, admiré des Rembrandt, des Vermeer, des Van Gogh et bien d’autres œuvres. C’était assez bondé et les gens se pressaient devant les tableaux les plus célèbres pour les prendre en photo. J’ai entraperçu La Laitière de Vermeer et un autoportrait de Van Gogh, entre deux touffes de cheveux et trois smartphones. Ils sont assez embêtants ces gens qui veulent absolument photographier les tableaux sans vraiment les regarder. Mais c’est tellement agréable d’avoir une photo de qualité médiocre (voire un selfie moche) devant une œuvre connue dans le monde entier. Le bâtiment en lui-même est super beau, avec de magnifiques plafonds décorés. Le jardin qui l’entoure n’est pas très grand mais il accueillait une exposition temporaire de sculptures de Joan Miró. Admiratrice de l’artiste catalan, je suis forcément allée y faire un tour, surtout que les averses matinales étaient terminées.

Parapluies au Rijksmuseum.
Parapluies au Rijksmuseum

Amsterdam.

Amsterdam.

Miró au Rijksmuseum.
Miró au Rijksmuseum

J’ai passé le reste de l’après-midi à me promener dans les rues de la ville, sous un agréable ciel bleu. Je suis allée au marché aux fleurs mais je l’ai trouvé assez décevant. Je m’attendais à plus de fleurs et moins de bulbes. J’avais juste oublié que les Pays-Bas, c’est le pays de la tulipe et donc du bulbe. Ce marché devrait être renommé “marché aux bulbes”. Je suis passée devant l’Opéra puis sur le Magere Brug, le “pont maigre”, certainement l’un des plus célèbres ponts d’Amsterdam. Et il y a de la concurrence vu qu’ils sont 1280. Il est en bois avec un double-levis et date de 1871 (un premier pont avait été construit en 1670 mais a été reconstruit car trop étroit).

Amsterdam.

Amsterdam.

Magere Brug.
Magere Brug

Amsterdam.

J’ai terminé ma journée à Amsterdam en m’arrêtant au Sarphatipark puis au Vondelpark, en passant par la Museumplein, la place des musées.

Sarphatipark.
Sarphatipark
Vondelpark.
Vondelpark
Museumplein.
Museumplein

2 Commentaires

  • Répondre co_ralye@hotmail.fr 5 décembre 2015 at 08:36

    « Le marché aux bulbes » je suis tellement d’accord !
    J’étais allée à Amsterdam pendant la saison des tulipes (so cliché oui oui), et même à cette époque le marché aux fleurs était rempli de bulbes … D’ailleurs j’en avais ramené à mes parents, échec total de la pousse grrr !

    • Répondre Cécile 6 décembre 2015 at 02:44

      Ah je vois que je ne suis pas la seule déçue/mitigée ! Je n’ai pas osé acheter quoi que ce soit vu que j’étais au tout début de mon voyage.

    Laisser un commentaire